Cinquante ans après……

La Rochelle : le voilier « Damien » revoit enfin la mer

La Rochelle : le voilier "Damien" revoit enfin la mer
16 heures hier, « Damien » a retrouvé la mer.

Photo Xavier Léoty

Le Monument historique a touché l’eau ce mardi. Après six années de restauration.

« Émouvant ». Avec toute la réserve et la pudeur qu’on lui connaît, Gérard Janichon commente la sortie de chantier de la jolie coque blanche sertie dans un liseré de peinture rouge. Depuis hier, le voilier « Damien » a retrouvé la mer. Et celui qui de 1969 à 1973 l’a mené autour du monde, embarquant dans son sillage toutes les générations de lecteurs qui ont lu cette aventure, est ému.

Gérard Janichon saisit une amarre bleue. Il est 16 heures et après six années d’une patiente restauration, le voilier vient d’être déposé dans la darse du bassin des Chalutiers par le chariot élévateur de la Régie du port de plaisance. L’amarre est lancée vers la terre ferme. Il y a un symbole dans le geste. Car cette terre rochelaise est celle que Gérard et son complice d’alors, Jérôme Poncet, touchaient à la fin de l’été 1973, après quatre années et 55 000 milles parcourus. C’était en plein cœur du Grand Pavois et « Damien » faisait une entrée remarquée dans le nouveau bassin des Minimes. Gérard s’amarre à son histoire.

À l’honneur au Grand Pavois

En septembre, le jeudi 19 très exactement, le salon nautique rochelais mettra le voilier à l’honneur, comme il l’a fait à chacune de ses éditions depuis qu’y était annoncée sa restauration, voici sept ans. Depuis lors, sous la tutelle de la Direction régionale des affaires culturelles qui a suivi et soutenu le chantier de restauration de ce Monument historique, les Amis du musée maritime se sont démultipliés pour mener à son terme la mission.

 

Il reste encore un peu de « cosmétique » à terminer, à l’intérieur comme à l’extérieur du voilier, pour un montant estimé à 30 000 euros. Mais l’essentiel est fait grâce à la mobilisation notamment de Joël Selo, qui n’a pas compté ses heures bénévoles et passionnées sur le sujet. Grâce aussi au savoir-faire du charpentier de marine Pascal Narvaud qui, sous la voûte du chantier Techniyachts Pinta où le voilier a passé le plus clair de son temps, a reconstruit sa coque à l’identique. Grâce aux chantiers nautique du Vieux Port et Despierres où « Damien » s’est refait un costume de vedette. Grâce enfin, et surtout, à la vingtaine d’entreprises nautiques qui de la peinture à l’électronique, du gréement au safran, ont offert du matériel à titre gratuit. Dans l’esprit même de générosité qu’avaient connu Gérard Janichon et Jérôme Poncet lorsqu’à la fin des années 60, ils s’étaient lancés dans cet incroyable projet.