Comme autrefois !

Ocean Globe Race 2023 : le retour de la Whitbread !

L’esprit de course autour du monde de la Whitbread revient suite à l’annonce de l’Ocean Globe Race 2023, une course à l’ancienne qui partira d’Europe le 10 septembre 2023 et qui célèbrera les 50 ans de la Whitbread, évènement majeur dans l’aventure de la navigation à la voile.

Un Swan 48 typique conçu par Frers ferait une entrée appropriée dans la course Ocean Globe. ©59-North.com

Alors que le nautisme est dominé aujourd’hui par des navigateurs professionnels, des bateaux à foils et des budgets impressionnants, cette course à l’ancienne remet au goût du jour les courses d’antan, celles des navigateurs ordinaires et des propriétaires avides d’aventure dans les traces de Tabarly, Blake, van Rietschoten, Blyth, Knox-Johnston et bien sûr du Mexicain Ramon Carlin, vainqueur en 1973, avec son Swan 65 Sayula II, de la première Whitbread, un défi mondial très populaire.

Après la Golden Globe Race…

Créée et organisée par l’Australien Don McIntyre sur le modèle de la Golden Globe Race 2018 qui a remporté un grand succès, l’Ocean Globe Race (OGR) de 2023 empruntera le même itinéraire autour du monde que celui des Clippers, tout comme la Whitbread en 1973. La course suit la route des 4 étapes classiques d’Europe en Afrique et vers l’Australasie, puis retour par un port d’Amérique du Sud : 27 000 milles nautiques en sept mois en passant sous les trois grands Caps avec le Cap Horn en prime pour la plupart des navigateurs.

Le parcours final sera publié à la fin de 2020, avec l’avis de course final. Des villes du Royaume-Uni, d’Europe, d’Afrique du Sud, d’Australie, de Nouvelle-Zélande, d’Argentine, d’Uruguay et du Brésil sont invitées à soumissionner pour accueillir les escales.

Nautisme Article
Promenade en traîneau dans l’océan Austral à bord du yacht Flyer, gagnant de 1981/2, de Conny van Rietschoten.© Julian Fuller / PPL

Une navigation à l’ancienne

Tout aussi “rétro” que la GGR 2018, ce nouveau défi est très attendu, avec des bateaux aussi fiables que ceux de la première Whitbread et avec une technologie limitée à celle qui existait du temps des pionniers en 1973. Cela signifie pas d’objets high tech, d’ordinateurs, de système satellite (téléphones et GPS inclus) ni de téléphones mobiles. Navigation limitée aux tracés du sextant sur des cartes imprimées, communications par radios SSB et VHF et musique sur magnéto-cassettes.

Des bateaux construits avant 1988

Nautisme Article
Mexican Swan de Ramon Carlin 65 Sayula II, lauréat de la première course de Whitbread en 1973.© PPL Meda

Les bateaux avec matériaux contenant des fibres de verre doivent être “agréés” . Ils doivent être construits avant 1988, de longueur hors-tout de 47 pieds (14.32m) à 66 pieds (20.11m), partagés en deux Classes : ADVENTURE (47′-56′ : 14,32-17,06m) & SAYULA (56′-66′ :17,07-20.11m). S’y ajoutent les participations initiales des trois premières éditions de la Whitbread (1973/4, 1977/8 and 1981/2) avec les bateaux d’entraînement ‘Class surveyed’ qui mesurent jusqu’à 68′ (20,73m), soit une troisième Classe FLYER.

Les bateaux Nautor Swan dont les caractéristiques d’âge et de longueur correspondent sont autorisés, et les modèles similaires qui ont fait leurs preuves seront étudiés sur inscription. La flotte est limitée à 30 bateaux et la Course sera soumise au Règlement International de Prévention des Collisions et Abordages en mer.

Le concept de course

Le fondateur de la Course Don McIntyre remarque : “Pour la première fois en 30 ans, des marins ordinaires et des propriétaires de bateaux auront la possibilité de vivre une Course autour du monde avec un budget raisonnable, une sécurité et un plaisir assurés. Pas besoin d’être un grand sportif ni d’avoir une grosse équipe derrière. Et pour les budgets, le prix d’une campagne ne coûtera pas plus qu’un demi-foil sur un IMOCA 60”.

Les meilleurs pratiques de sauvetage et les dispositifs de sécurité reconnus par les agences maritimes du monde entier ont été adoptés pour la Course et il y a des standards minimum requis pour les membres d’équipage et leur nombre dans chaque Classe. Chaque équipage doit compter au moins une femme et un jeune âgé de moins de 24 ans au départ de la Course.

Nautisme Article
Don McIntyre, fondateur de l’Ocean Globe Race.

McIntyre continue en précisant que l’expérience de la Golden Globe Race en 2018 a montré un grand intérêt pour l’aventure authentique d’un tour du monde à la voile et a été un superbe tremplin pour le lancement de l’Ocean Globe Race. “La GGR a eu un grand succès pour les concurrents et a attiré une foule de fans passionnés dans le monde entier. La Course a atteint nos espérances avec pourtant un budget très limité. Nous avons appris beaucoup sur ce qui marche et pourquoi, et avons désormais en main une formule qui fait la différence avec bien d’autres événements.

L’ Ocean Globe Race 2023 se déroulera sous le patronage du Royal Nomuka Yacht Club au Royaume de Tonga et est garantie par McIntyre Adventure Ltd.

Par Figaronautisme.com