Elle va nous manquer !

Une tourelle maçonnée de huit mètres pulvérisée par la tempête Atiyah à Lanildut, dans le Finistère

« Le Lieu » a disparu ! Cette tourelle bâbord d’entrée dans le port de Lanildut a été totalement détruite, balayée par les rafales à 60 nœuds (110 km/h) et les énormes vagues de la tempête Atiyah qui s’est abattue sur le Nord de la Bretagne, dans la nuit de dimanche à lundi. La balise n’a pas résisté malgré ses huit mètres de haut, ses tonnes de ciment et son solide enrochement dans le chenal du Four ! Voiles et Voiliers a interrogé des acteurs locaux…

La tourelle « Le lieu » servait régulièrement de repère aussi aux concurrents du Tour du Finistère à la voile.
La tourelle « Le lieu » servait régulièrement de repère aussi aux concurrents du Tour du Finistère à la voile. | ELLE A ÉTÉ TOTALEMENT DÉTRUITE PAR LA TEMPÊTE ATIYAH. PASCAL ALEMANY / TOUR DU FINISTÈRE À LA VOILE

« La tempête a été vraiment forte ici, dans la nuit de dimanche à lundi. Des vagues énormes, avec des vents à plus de 110 kilomètres heure. La balise n’a pas résisté à cette tempête. Lundi matin, il n’y avait plus rien. Emportée ! » explique Laura Picart, adjointe au maître du port de Lanildut.

Le Lieu a disparu, un AVURNAV a été émis

Surprise pour tous, en effet, lundi matin sur le port de Lanildut, l’un des rares abris sûrs de cette pointe Nord-Ouest du Finistère donnant sur le chenal du Four, face à l’île d’Ouessant : « Le Lieu » a disparu. Le coup de vent avec des rafales à 118 km/h enregistrées par Météo Consult, et les vagues de près de 5 mètres de haut, ont arraché la lourde balise de son promontoire rocheux.

Cette balise était l’un des rares amers vraiment visibles pour rentrer chez nous, face à une côte bien déchirée. Elle va beaucoup manquer

« Les Affaires maritimes ont été aussitôt alertées, ajoute-t-elle. Un AVURNAV a été émis. Pour l’instant, comme une forte houle persiste, aucun système provisoire de remplacement n’a pu être installé. Les Phares et balises ont aussi été alertées, pour qu’ils prennent le dossier en main. »

« Cette balise était l’un des rares amers vraiment visibles pour rentrer chez nous, en venant du large et face à une côte bien déchirée. Elle va beaucoup manquer aux visiteurs mais aussi à nous. C’était notre repère de base », précise Matthieu Heilmann, directeur du principal chantier naval du port, le Chantier du Crapaud, du nom d’un autre rocher local.

« Lanildut est un port merveilleux mais c’est vrai un peu dur d’accès, ajoute-t-il. Même pour nous, les gens d’ici, et malgré le GPS, « Le Lieu », c’était notre repère, notre sécurité. Si les phares et Balises se contentent de mettre une perche avec du rouge par-dessus, ça ne va pas le faire ! »

Sur un alignement au 79° en la laissant sur bâbord, la tourelle « Le lieu » permettait l’entrée dans Lanildut. | PILOTE CÔTIER / VOILES ET VOILIERS

« Pourtant la balise n’était pas un fétu de paille mais une structure en béton de plusieurs tonnes et de plus de huit mètres de haut, fixée directement sur la roche », a expliqué de son côté Raymond Mellaza, le maire de ce port goémonier de Bretagne Nord entretenant aussi 440 mouillages pour les bateaux de plaisance, dont 20 pour les visiteurs.

Une structure en béton de plusieurs tonnes et de plus de huit mètres de haut, fixée directement sur la roche

« La balise n’était pas là au hasard mais à cause de la dangerosité du lieu, précise le maire. Les roches sont hautes et affleurantes de la surface de l’eau à mi-marée donc on ne les aperçoit pas. Il y a un accident quasiment tous les ans. »