» la vie  » des ports .

Coronavirus et confinement : comment s’organisent les ports de plaisance français ?

Par Nathalie Moreau

Jeudi 26 mars 2020 à 6h27

Depuis l’annonce du confinement il y a 10 jours, l’ensemble des ports de plaisance français sont fermés et les activités nautiques totalement interdites. Nous avons voulu en savoir plus sur l’organisation et les mesures mises en place sur la façade Atlantique (à Quiberon et La Rochelle) et en Méditerranée (à Saint-Cyprien).

©Figaro Nautisme

Conformément au décret n°2020-260 du 16 mars 2020 portant règlementation des déplacements dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus COVID-19, les préfectures maritimes (Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord) ont interdit toutes les activités de plaisance, de tourisme ou de loisirs nautiques jusqu’au 31 mars 2020. En pratique, vous ne pouvez plus sortir du port avec votre bateau, à voile ou à moteur, faire du surf, du kayak, du paddle ou encore vous baignez à la plage, ni même vous y promener. Une interdiction qui ne concerne cependant pas les professionnels de la mer, comme les pêcheurs.

Suite à cette annonce, les ports de plaisance français ont réagi rapidement et efficacement : fermeture totale des ports de plaisance et de toutes les activités nautiques liées.

Port-Haliguen – Quiberon© Frédéric Hédelin

Le chantier en images - Port Haliguen Quiberon en Bretagne

Dans le Morbihan, le port de Port-Haliguen à Quiberon (56), la capitainerie est fermée depuis l’annonce des mesures de confinement. « Nous avons mis en place une gestion par mail et une personne effectue des rondes au port le matin et l’après-midi afin de surveiller les amarrages, les installations portuaires. Nous avons également trois résidents à bord d’un bateau et, de ce fait, les blocs sanitaires restent ouverts. » nous explique Dominique Hérisset, directeur du port. La semaine dernière il y a eu quelques petits soucis comme « des regroupements de surfeurs sur la plage » mais les contrôles sont accrus, comme partout en France. D’un point de vue économique, Dominique Hérisset n’est pas trop inquiet pour le port puisque la majorité des places sont à l’année, mais davantage pour les restaurants et commerces autour du port. « Les chantiers et les travaux du port sont à l’arrêt, nous prenons du retard pour la saison prochaine, des évènements sont annulés… cela va fortement impacter l’économie locale. » Des évènements qui sont pour certains reportés en septembre-octobre « il va falloir faire de la place dans le calendrier et faire un choix pour pouvoir les accueillir au mieux !« . Les mesures mises en place sont les mêmes pour tous les ports de la Compagnie des Ports du Morbihan dont fait partie Port-Haliguen.

Port de Saint-Cyprien© Frédéric Hédelin

Virée au port de Saint-Cyprien - YouTube

Du côté de la Fédération Française des Ports de Plaisance, Serge Pallares, président de la FFPP, est lui aussi très clair sur le sujet : « Aujourd’hui c’est le confinement, des mises en place de protocoles pour protéger au mieux nos salariés et surtout apporter une valeur ajoutée, une sécurité à nos résidents qui sont confinés dans les bateaux. C’est une situation difficile, car les bateaux sont des espaces assez réduits, il faut trouver des solutions pour que cela se passe bien, mais c’est exactement la même chose pour une famille dans un petit appartement. Les mesures ont été bien accueillies car nous n’avons de toute façon pas le choix, car on ne blague pas avec la prévention. Les règles sont les mêmes partout et pour tout le monde, en appartement, en maison ou en bateau. » Au port de Saint-Cyprien (66), dont il est le directeur, Serge Pallares explique « Les autorités portuaires doivent s’adapter. A Saint-Cyprien, nous faisons une veille administrative et technique 24h/24 et tous les deux jours, nous appelons les personnes recensées sur les bateaux. Il y a un suivi et un soutien qui se fait 24h/24. On nous pose la question sur la gestion des contrats à l’année dans les ports… etc. mais ce n’est pas la priorité aujourd’hui  La solidarité a toujours fait ses preuves dans le monde de la mer et elle continue à se vérifier aujourd’hui. »

Vue sur les ports de La Rochelle© Frédéric Hédelin

Même discours du côté de l’APPA (Association des Ports de Plaisance de l’Atlantique) qui tient informé en temps réel les 53 ports adhérents (du Croisic à Hendaye, soit environ 30 000 anneaux, bouées et corps-morts) au sujet des mesures à respecter (avis aux navigateurs, arrêtes préfectoraux…). « Compte-tenu de l’évolution de la situation épidémique en France et des mesures gouvernementales déjà adoptées, tous les accueils dans les ports de plaisance APPA ainsi que les activités portuaires sont interrompues jusqu’à nouvel ordre, sauf urgence (manutentions notamment…). » nous indique Matthieu Guilloto, chargé de missions pour l’APPA. Il ajoute « Toutefois, dans les différents ports, des permanences téléphoniques et mail ainsi qu’une surveillance du plan d’eau sont maintenus. En général, l’ensemble des postes sanitaires sont accessibles sur les espaces portuaires. La solidarité des gens de mer n’est pas un vain mot, nous saurons tous en témoigner dans les semaines qui viennent !« .

Port de Plaisance - Port des Minimes La Rochelle

Quant à Bertrand Moquay, directeur du port de plaisance de La Rochelle, adhérent de l’APPA, il nous précise « en ce qui concerne les professionnels de la filière, les loueurs peuvent travailler… mais ils ne peuvent voir de clients. Sur La Rochelle, les grands chantiers ont stoppé leur activité (Fountaine Pajot et Dufour, Catana…). Un certain nombre de petits chantiers maintiennent la leur (trois sur le plateau nautique du centre-ville et un aux Minimes). Face à l’absence de demande, les service de manutention ont été suspendus mais sont susceptibles de reprendre ponctuellement si la demande professionnelle remplit le planning de travail au minimum un jour plein. »