Nouvelle escale entre Les Sables et Saint-Gilles .

Port Brétignolles : ce projet de port de plaisance qui fait débat depuis 18 ans en Vendée

Alors que le conflit autour du port de plaisance de Brétignolles-sur-Mer (Vendée) s’amplifie, retour sur les grandes lignes du projet.

Le projet prévoit la création de près de 1000 anneaux
Le projet prévoit la création de près de 1000 anneaux (©Communauté de communes du pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie)

Une zad s’est installée sur la commune de Brétignolles-sur-Mer lundi 7 octobre 2019 pour s’opposer à la construction d’un port de plaisance. En réaction, une pétition a été lancée sur Internet. Une manifestation « #balancetazad » avait été envisagée par les élus de la communauté de communes du Pays-de-Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Sa tenue a finalement été reportée « pour ne pas prendre le risque d’affrontements. »

Ces tensions sont le prolongement des débats qui animent la commune et le littoral de Vendée depuis 18 ans. Rappel des grandes lignes du projet.

Un serpent de mer

Le projet de port de plaisance est le sujet qui crée débats et polémiques dans la commune de Brétignolles-sur-Mer depuis des années.

La pénurie d’anneaux de plaisance, l’accroissement de la population dans le département de la  Vendée et la recherche d’un outil de développement économique sont les motivations les plus souvent abordées par les initiateurs du projet.

Christophe Chabot, maire de Brétignolles-sur-Mer et président de la communauté de communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, a rappelé jeudi 10 octobre que l’idée était à l’étude depuis 2001. Elle a pour ambition de contribuer « à une vaste programme qui remettait en cause tous les codes des trente dernières années ». L’idée était notamment de chercher des leviers de croissance économique et d’augmenter la population à l’année sans recourir à une urbanisation galopante.

Le projet de port est né comme une alternative à l’urbanisation.

Retoqué en 2011

Le projet avait fait l’objet d’un avis défavorable de la préfecture de Vendée en 2011.

Pas de quoi faire abandonner l’idée à Christophe Chabot qui a initié un nouveau projet dont la maîtrise d’ouvrage relève cette fois de la compétence de la communauté de communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie.

Le projet prévoit 915 anneaux sur le site de la Normandelière.

Feu vert donné en juillet 2019

Christophe Chabot a promis à plusieurs reprises que le projet, estimé à 30 millions d’euros, n’affecterait pas la fiscalité locale et ne s’accompagnerait pas d’un programme immobilier. Les défenseurs du port estiment qu’il permettrait la création d’une centaine d’emplois.

Une nouvelle enquête publique a eu lieu durant l’été 2018. Les porteurs du projet ont, à moult reprises, mis en avant les leçons retenues, notamment en matière environnementale. Lorsque le préfet a donné son feu vert au projet en juillet 2019, Christophe Chabot a de nouveau mis l’accent sur l’aspect écologique du projet et indiqué qu’il irait au-delà des mesures compensatoires. Il évoque un port à « impact environnemental positif ».

Vidéo. La présentation du projet en vidéo par le Pays de Saint-Gilles : 

Les anti-port toujours mobilisés

Pas de quoi convaincre les opposants au port, mobilisés depuis la première heure. Le feu vert donné par le préfet en juillet dernier avait suscité un tollé dans leurs rangs. Ces derniers dénoncent notamment un programme « d’un autre âge », qui entraîne la destruction d’une zone humide de 14 hectares et les atteintes portées à l’estran et à la dune.

Une première manifestation avait été organisée sur le site de la Normandelière au cours du mois d’août.

Naissance d’une Zad et nouvelle manifestation

Une autre manifestation, le 6 octobre 2019, avait attiré 2 500 personnes alors que venait de débuter le chantier de mise en œuvre des mesures compensatoires. C’est le lendemain de cette mobilisation que la Zad de la dune a commencé à s’installer. Celle-ci semble diviser autant la population du littoral que le projet de port

Les opposants au projet, notamment les associations Demain Brétignolles et La Vigie, ont de leur côté déposé plusieurs recours dont l’un contre le plan local d’urbanisme de la commune qui permet la création du port dont la construction proprement dite était espérée par les porteurs de projet au mois de janvier 2020.

L’association La Vigie a annoncé qu’elle déposerait ce 15 octobre une demande en référé afin de suspendre les travaux sur le site.

Lire aussi : VIDEO : Une quinzaine de Zadistes installent un campement à proximité du chantier du port Brétignolles

Les pancartes entourent le campement qui a été installé dans la matinée du 8 octobre.
Les pancartes entourent le campement qui a été installé dans la matinée du 8 octobre. (©Journal des Sables)