Rochebonne préservé !

Pour protéger le bar et les dauphins de Rochebonne, la pêche au chalut y est désormais interdite

Pour protéger le bar et les dauphins de Rochebonne, la pêche au chalut y est désormais interdite
Le « Sam Simon », de l’organisation Sea Sheperd a appareillé de La Rochelle pour le golfe de Gascogne, mardi dernier.

Augé Romuald

Au large de la Charente-Maritime et de la Vendée, la pêche au chalut est définitivement interdite depuis ce jeudi sur le plateau de Rochebonne. Elle y était autorisée depuis plus de quarante ans

C’est une avancée pour la protection des dauphins du golfe de Gascogne qui, chaque hiver, croisent la route des navires de pêche. Ce jeudi 26 décembre, la préfète de la région Nouvelle-Aquitaine a fermé la pêche au chalut, et notamment le chalut pélagique sur le plateau de Rochebonne.

Les pélagiques, ce sont trente navires de Lorient (Morbihan) et La Turballe (Loire-Atlantique) qui, par paires, tirent leur filet pour pêcher principalement le bar et le merlu durant l’hiver. Rochebonne est une de leurs zones de travail privilégiées, un haut-fond situé au large de la Vendée et de la Charente-Maritime, à une cinquantaine de kilomètres de la côte, qui est classé pour partie en site Natura 2000.

Depuis 1978, la pêche au chalut pélagique y est ouverte tous les deux ans pendant 60 jours, en début d’année, et interdite le reste du temps. Un accord de pêche qui n’avait pas été remis en question depuis lors. Ce contexte, inchangé, a connu deux évolutions significatives qui ont conduit les services de l’Etat à s’emparer du dossier. D’abord, les fortes mortalités de petits cétacés constatées chaque hiver, et qui ont atteint un record entre janvier et avril dernier, avec 1 200 dauphins retrouvés échoués sur les côtes du Pays basque du sud Finistère.

Ph Baroux Sud-Ouest