Union sans vagues

Voile à La Rochelle : vers un mariage de raison ?


Voile à La Rochelle : vers un mariage de raison ?
Vingt à trente personnes ont assisté samedi matin à l’assemblée générale de la Société des régates rochelaises animée notamment par Viviane Maurin et Alain Mevellec

Jean-Christophe Sounalet

L’assemblée générale de la Société des régates rochelaises (SRR) confirme le rapprochement opéré avec l’École de voile rochelaise (EVR). La fusion est d’ores et déjà envisagée.

Bien au-delà du rituel annuel, l’assemblée générale de la Société des régates rochelaises (SRR) a validé, samedi, la démarche de rapprochement du club avec son voisin, l’École de voile rochelaise (EVR). L’arrivée de la marque Tribord – et du bâtiment qu’elle va ériger aux Minimes – déloge la SRR. On le savait. Obligée de déménager, celle-ci va dans un premier temps se rapprocher des locaux de l’EVR dans l’attente de nouveaux bâtiments, dont la conception est encore en réflexion. Mais le changement ne s’arrête pas à ce simple déménagement.

Après un rapide débat, samedi, pour savoir s’il fallait voir ce déplacement comme une « contrainte » ou une « opportunité », la petite assemblée a voté une motion donnant aux administrateurs toute latitude pour « envisager un rapprochement pouvant aller jusqu’à la fusion » des deux clubs.

Du côté de la SRR, ce sont Martin Fountaine et Étienne Chabry qui ont été délégués pour conduire la réflexion avec Frédérick Pérez (vice-président de l’EVR). Si la Ville, qui se réjouit ouvertement de l’arrivée de Tribord, ne s’exprime pas quant au rapprochement des deux clubs, nul doute qu’elle le voit d’un bon œil quant aux discussions à venir pour le nouveau site à construire.

« Clubs complémentaires »

Martin Fountaine plaide pour un rapprochement entre « deux clubs complémentaires » et qui vont « au moins temporairement partager les mêmes locaux ». Si le mot « fusion » n’est pas encore formulé ouvertement, c’est bien ce que décrit le jeune administrateur quand il évoque une « simplification des services supports ». Il rassure aussi les licenciés quant à « l’intégration des deux identités des clubs ainsi que celle des différents permanents pour que chacun trouve sa place ».

L’exemple brestois

Enfin, le jeune Fountaine, comme sa mère (Claire), décrivent un mouvement qu’ils inscrivent dans le sens de l’histoire des clubs de voile. Ils citent notamment la fusion récente de quatre clubs à Brest « avec l’inconvénient pour eux de l’avoir fait dans leurs locaux existants ».

Tout en se montrant prudent en terme de calendrier – « On prendra le temps qu’il faudra ; on ne va rien précipiter » -, Frédérick Pérez confirme la démarche au nom de l’EVR : « Disposer d’une seule structure peut nous permettre d’avoir un rayonnement plus grand. »

Alain Mevellec (président de la SRR) n’a jamais peur de voir en grand au point d’envisager déjà « les possibilités qu’offrirait la taille du bilan financier » de la nouvelle entité réunissant la SRR et l’EVR.

Celui qui est aussi le directeur général de Sellsy estime que « le déménagement agit comme un accélérateur de calendrier ». Alain Mevellec explique que la fusion est inéluctable. Il la qualifie de « mariage entre égaux ».

Stages estivaux concurrents

Le président de la SRR ne s’embarrasse pas de conditionnel au moment de plaider pour ce « mariage » : « On a besoin de positionner la voile comme une activité attirante pour les plus jeunes. Sans parler de crise de vocation, on constate aujourd’hui un tassement… »

Et c’est là qu’il voit les activités de loisirs de l’EVR comme un remède, tout en notant les domaines où les deux clubs « se tirent la bourre » et où la fusion apporterait davantage de clarté et d’efficacité. Nombre de voix ont pointé les stages estivaux proposés jusqu’ici frontalement par les deux clubs.

L’automne s’annonce décisif

Quoi qu’il en soit, si les administrateurs de la SRR ont désormais la bénédiction de leurs membres pour « envisager une fusion », c’est bien une éventuelle assemblée générale extraordinaire réunie spécialement à cet effet qui, le cas échéant, sera en mesure d’entériner ce choix décisif pour les deux clubs. Pour l’heure, aucun calendrier n’est arrêté si ce n’est la date du déménagement : novembre 2019…

Administrateurs

Outre le débat lié au rapprochement des deux clubs, l’assemblée générale de la Société des régates rochelaises a donné lieu à un renouvellement d’une partie du collège des administrateurs : Anne Phelipon, Bertrand Cheret, Pierre Gest et Bernard Ronseray remplacent Bob Tuffnell, Hervé Brethommeau (ancien trésorier), Delphine Marcq et Philippe Merceron. Les 18 administrateurs du club éliront prochainement le bureau de la SRR.

S-O  Luc Bourrianne